Le déluge. Le pouvoir de commencer. La mise en événement dans les commentaires anciens

le-deluge-Avec le soutien financier du Centre Paul Albert Février (TDMAM / CNRS – UMR 7297).

Préface de Gilles Dorival, Aix-Marseille Université – CNRS – Institut Universitaire de france

Comment intégrer une catastrophe naturelle comme le déluge dans l’histoire humaine ? Comment le déluge redessine-t-il les rapports entre la nature, Dieu et l’humanité ? Comment un accident devient-il un événement ? Pourquoi et comment l’homme met-il en ordre un événement ? Comment un événement fait-il retour pour prendre un surcroît de signification ?
Laissant de côté l’opposition entre foi et raison si souvent associée au récit du déluge, ce livre issu d’une thèse soutenue en 2010 revisite les principaux corpus textuels de l’Antiquité en examinant la mise en événement du déluge dans les commentaires anciens. La mise en ordre de l’événement montre comment les explications données au déclenchement du déluge redistribuent les rapports entre la nature, Dieu et les hommes. Le récit du déluge a été historicisé selon les catégories grecques au point de se voir conférer un rôle structurant dans l’histoire des hommes. La mise en ordre de l’événement s’accompagne aussi d’un retour de l’événement qui intègre et exalte l’événement. Le déluge, similaire à un turning point qui vient interrompre des configurations régulières, intègre une téléologie et reçoit, à partir d’événements postérieurs, un surcroît de significations différentes selon la communauté croyante, signification cosmologique pour les gnostiques, christologique pour les chrétiens, éthique pour les Juifs rabbiniques.
L’expression le pouvoir de commencer reprend une idée commune à Paul Ricœur et à Hannah Arendt. L’événement ne signifie plus arriver mais faire arriver. A défaut de maîtriser la création, il est donné à l’homme la liberté de pouvoir commencer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *