Le déluge dans la Gnose, omniscience et ironie

La découverte des textes de Nag Hammadi en 1945 et leur édition par différents groupes de chercheurs, dont l’Université Laval qui publie encore aujourd’hui dans la série Bibliothèque Copte de Nag Hammadi, ont amené le monde scientifique à redéfinir les caractéristiques de ce qu’on appelle communément la Gnose et à se pencher aussi sur les liens qu’entretiennent ces traités avec la littérature biblique canonique.

C’est dans cette perspective que les traités gnostiques qui font état du déluge peuvent être comparés avec le texte canonique de la Genèse. Les quelques réflexions qui vont suivre ne regroupent pas toutefois que des analyses de littérature comparée. Elles ont aussi pour but de mieux comprendre la manière dont cette littérature se situe dans son rapport avec le temps et avec un événement comme celui du déluge. On lit trop souvent encore aujourd’hui que la gnose méconnait et méprise le temps comme il est habituellement admis que le monde représente pour le gnostique l’œuvre du démiurge mauvais, un dieu à égalité avec la Monade. Cette hypothèse, avancée notamment par Henri Charles Puech, a été remise en cause par Victor Goldschmidt en 1953, par James Barr en 1962 et par Henri Irénée Marrou en 1966 au congrès de Messine. L’étude des citations du déluge dans les traités de la bibliothèque copte de Nag Hammadi invite à formuler de nouvelles hypothèses notamment à l’aide de la définition de l’événement.

Le déluge est mentionné dans différentes œuvres de la Bibliothèque de Nag Hammadi, Le livre des secrets de Jean (ou l’Apocryphon de Jean), le livre sacré du Grand Esprit invisible, l’Hypostase des Archontes, l’Apocalypse d’Adam, l’Entendement de notre Grande Puissance et la Paraphrase de Sem. Ces textes ont fait l’objet d’une étude détaillée qui sera prochainement publiée. Quatre motifs récurrents apparaissent dans ce corpus retenu :

1) La syzygie anime l’histoire du monde selon le principe d’une opposition qui se révèle complémentaire. 2) Contrairement à l’affirmation d’Irénée de Lyon, le salut gnostique n’est pas déterminé selon l’ordre de la nature ; le fait que le comportement de l’homme et la connaissance qu’il acquiert de ses origines influent sur son avenir donne à sa propre histoire un relief tout particulier. 3) Noé et son arche ont un rôle essentiel dans le déroulement de l’histoire cosmique et humaine. 4) Le déroulement de cette histoire prend place dans une périodisation tripartite extrêmement précise.

Nous voulons ici attirer avant tout l’attention sur la corrélation qui existe entre ce corpus et le principe même du genre apocalyptique.

L’apocalyptique peut se définir comme « un genre de littérature de révélation qui, dans un cadre narratif, présente une révélation transmise par un être céleste à un destinataire humain et qui dévoile une réalité transcendante à la fois d’ordre temporel, dans la mesure où elle concerne le salut eschatologique, et d’ordre spatial, pour autant qu’elle implique un autre monde, le monde surnaturel »1. L’apocalyptique est certes partagée par la gnose, le judaïsme et le christianisme. Elle n’est cependant pas au service d’une même cosmologie et anthropologie. La tripartition de l’histoire cosmique dans le judaïsme et dans le christianisme dépend du couple (ou syzygie) jugement / salut. Dans ce couple, le cosmos, bon et beau, sert de cadre à un événement qui touche en premier lieu l’homme pécheur. Dieu est à la fois celui qui vient juger les hommes impies et sauver les hommes saints. La gnose reprend cette même tripartition de l’histoire cosmique mais pour dévoiler au gnostique une cosmologie et une anthropologie toutes autres. La catastrophe naturelle ne révèle pas la condition pécheresse de l’homme mais la méchanceté du cosmos ; elle le fait au moyen d’un nouveau couple menace / salut. Le monde est certes kosmos (ordre) mais son ordre est mis au service d’un démiurge jaloux et méchant qui désire absolument s’approprier la lumière divine qui réside dans l’homme. La fin du monde annoncée par l’arrivée de l’Illuminateur ne vise donc pas à juger l’homme mais la nature accusée d’être une créature au service des archontes.

Les quatre thèmes présents dans le corpus permettent donc d’échafauder une certaine idée sinon de l’histoire au sens historiographique du moins d’un certain rapport du gnostique à l’événement. Le principe de la syzygie contrebalance chaque événement auquel le gnostique est confronté dans sa vie terrestre en faisant succéder systématiquement le salut à une menace lancée par les puissances archontiques. L’humanité, généralement répartie en trois types dans la plupart des traités, n’est pas figée dans une destinée qu’elle subit. Les révélations ont pour objet d’annoncer la présence d’une étincelle de lumière dans l’homme. L’homme logogène peut alors mieux vivre sa condition terrestre en attendant son ultime régénération. Noé est le modèle de l’homme confronté à un choix. Prenant la mesure du mal et de la violence de ce monde, il peut expliquer sa présence dans le monde démiurgique selon les catégories des religions dévoyées (judaïsme rabbinique ou christianisme de la Grande Eglise) ou les abandonner pour la véritable Gnose. Les trois grands événements sélectionnés par les gnostiques (le déluge, Sodome et Gomorrhe et le salut final) découpent le temps en quatre périodes. Leur choix, au dépend d’autres événements bibliques, trahit une rencontre entre la philosophie platonisante orientale et l’apocalyptique juive. Les Gnostiques ne se contentent pas de reprendre à leur compte un cadre temporel déjà existant. Celui-ci sert à remettre en cause les réponses cosmologiques et anthropologiques apportées par la philosophie grecque et par les interprétations bibliques traditionnelles. Ces fameuses étapes qui scandent l’histoire cosmique et humaine ne sont ni un jugement de Dieu à l’encontre des hommes pécheurs ni même la manifestation d’une nature qui se confond avec Dieu. Elles expriment le mal des puissances archontiques qui s’intensifie à chaque étape jusqu’à la consommation du monde. Le choix de ces trois événements, eau, feu, fin du monde, trahit également le souci constant des gnostiques de rendre intelligible leur situation dans le monde créé. Nulle question de la place de l’homme dans une société humaine ni de la nécessité d’une loi pour réguler ses relations avec son prochain et Dieu.

La signification de l’économie gnostique ne se laisse pourtant pas appréhender par une simple succession d’événements. Le locuteur omniscient, présent dans la majorité de ces traités qui se présentent sous la forme de testament ou de révélation, a pour mission de faire connaître la vérité en expliquant le véritable sens des différents événements qui ne prennent leur valeur véritable qu’à la lumière des fins dernières. L’omniscience du locuteur et l’ironie qui parsème la plupart des traités gnostiques examinés sont deux aspects de la Gnose qui n’ont pas été assez mis en valeur dans la recherche actuelle. L’Entweltlichung (la « démondanisation ») décrite par Hans Jonas rend compte d’une attitude radicale et révolutionnaire de la Gnose qui est à l’opposé de l’esprit de l’Antiquité puisqu’elle dénie à la nature toute sacralité2. Chaque événement naturel pris séparément manifeste un cosmos qui n’a plus rien à voir avec celui décrit par les philosophes et la tradition biblique. « Ordre et loi font encore le cosmos, mais il s’agit d’un ordre rigoureux et hostile, d’une loi tyrannique et mauvaise, destituée de sens et incapable de bonté, étrangère aux vouloirs comme à la nature intérieure de l’homme, qui juge inutile d’avoir intelligence avec elle ni de la professer »3. La cosmologie gnostique repose sur « une expérience fondamentale, c’est celle de la déchirure qui sépare l’homme et ce lieu où il se voit logé, le monde… Ce qui inspire la pensée gnostique, c’est la découverte angoissée de la solitude humaine au sein du cosmos, de la parfaite altérité de son être et de celui du monde entier. Cet état d’esprit dualiste est le fond de toute l’attitude gnostique ; il donne leur unité aux expressions fort diverses, plus ou moins systématiques, que cette attitude s’est données dans le rite et dans la croyance »4.

L’interprétation existentielle des textes gnostiques en termes d’Entweltlichung par Hans Jonas a été acceptée par la majorité de la communauté scientifique même si elle a été critiquée notamment par Michael Williams en 1996, par Arthur Darby Nock dès 1936 et par Hans Jonas qui a lui-même reconsidéré, après la deuxième guerre mondiale, ses premiers travaux5. La faiblesse de son analyse ne réside pas dans sa théorie résumée quelques lignes plus haut. Il est vrai que le gnostique éprouve la sensation d’être un étranger dans ce monde qui cherche à l’asservir. Hans Jonas n’a tout simplement pas assez pris en considération le genre littéraire commun à une majorité de traités gnostiques (le genre apocalyptique) parce qu’il n’a pu bénéficier des travaux considérables qui se sont développés depuis la découverte de la Bibliothèque de Nag Hammadi6.

La définition de l’événement se révèle fructueuse puisqu’elle met en lumière tout un aspect du déluge et de la cosmologie gnostique qui est généralement laissée dans l’ombre par la recherche d’aujourd’hui. L’événement du déluge, en tant que défini par son origine, est bien connu. Il est provoqué par un cosmos qui est au service d’un démiurge jaloux et méchant et manifeste de ce fait une cosmologie en complète rupture avec celle qui lui est contemporaine. L’événement du déluge en tant que défini par son sens ultime est moins bien appréhendé par les chercheurs actuels pour la bonne raison que le lecteur d’aujourd’hui ne tire pas jusqu’au bout les conclusions que le genre littéraire choisi infère.

Le locuteur qui s’adresse au bénéficiaire de la révélation a une position omnisciente teintée généralement d’ironie puisqu’il rappelle que le sens véritable (le niveau intelligible) des événements est généralement caché par l’apparence des choses (le niveau sensible). L’événement est tupos, dans le sens où il se situe dans le lieu de la médiation et est donc tourné à la fois vers l’image et vers l’apparence. L’auditeur est bien sûr invité par le locuteur à lire tout événement à partir du niveau intelligible et non à partir du niveau sensible. Le principe de la syzygie affirme que toute menace est toujours suivie d’une intervention salutaire (que ce soit celle des Illuminateurs ou celle de Pronoia). La syzygie est d’ordre temporelle mais aussi géographique : les ténèbres (le déluge) ne peuvent exister que parce qu’il existe une lumière dans laquelle l’homme peut se réfugier. Toute la littérature gnostique rencontrée a aussi pour objet de démonter soigneusement la théologie et la cosmologie des autres religions afin de les démystifier et de prouver que la Gnose seule offre à l’homme la vraie connaissance. Dans l’Apocryphon de Jean, dans l’Hypostase des Archontes et dans la Paraphrase de Sem, est dénoncée la profonde ignorance de Yaldabôth qui se croit le Dieu unique et ne façonne qu’une image partielle de l’intelligible qu’il croit être le modèle absolu. L’ironie atteint son paroxysme quand le monde démiurgique lui-même exécute de manière inconsciente et involontaire le plan de la Monade (HypArch). Dans ParaSem, la Monade laisse la Nature s’épuiser selon le schéma stoïcien pour laisser place non plus à un nouveau monde mais à la consommation du monde qui annonce la libération de l’homme.

La révélation du locuteur omniscient a donc pour dessein de communiquer au gnostique la véritable Gnose : l’événement vécu dans ce monde, aussi douloureux soit-il, ne signe pas la victoire des puissances démiurgiques. De manière ironique, le monde archontique travaille de lui-même à sa propre fin. Tout le cadre temporel tripartite trouve donc son véritable sens dans la consommation du monde. Par ailleurs – et contrairement à la théorie du Péché Originel que la Grande Eglise va développer – l’homme est certes enfermé dans un modelage de chair mais il n’est jamais considéré comme pécheur ou responsable contrairement à ce que propose l’explication habituelle du déluge. La pensée gnostique fait voler en éclat l’unité entre Dieu et le monde et construit une théologie dans laquelle le vrai Dieu est antimondain, une cosmologie qui attribue la création du monde à un dieu inférieur et une anthropologie qui affirme l’existence d’un moi intérieur, d’une étincelle, qui fait partie du Dieu antimondain. Hans Jonas relève d’ailleurs un paradoxe qui, nous le croyons, s’exprime sous la forme de l’ironie dans le genre apocalyptique : « A l’avenant, le monde possède son esprit, son dieu – le prince de ce monde. Mais ce n’est plus le Tout dont les Grecs parlaient : il est limité, il est dépassé par ce qui est essentiellement le non-monde et la négation de toute chose au monde. Pour la piété gnostique, le vrai Dieu se définit avant tout par cette contraposition. De même que le monde est ce qui aliène de Dieu, de même Dieu est ce qui aliène et délivre du monde. Dieu, négation du monde, fait une fonction nihiliste relativement à tous attachements et valeurs de ce monde. Or le monde, malgré cette dénonciation nihiliste, n’en est pas moins réel. En d’autres termes, si la vraie divinité a délogé du monde, le monde n’a pas perdu sa réalité : il ne s’est fait pas ombre ou illusion (comme dans certaines doctrines du mysticisme indien). Avec le plus grand sérieux théologique, les stoïciens voyaient dans le monde un objet d’amour, de vénération et de confiance ; avec tout autant de sérieux, les gnostiques y voient un objet de haine, de mépris et de crainte »7.

Cette haine à l’encontre du monde est bien sûr la conséquence de la cosmologie gnostique. Il est moins sûr que le sérieux des gnostiques s’exerce vis-à-vis du monde. Le gnostique est sérieux vis-à-vis des révélations dont il est bénéficiaire et des techniques d’interprétation qui lui permettent d’accéder à la véritable connaissance. La Gnose a pour conséquence de délivrer le Gnostique de toute crainte puisqu’elle affirme la victoire finale du Dieu antimondain contre le monde démiurgique. Bien que cette attitude n’apparaisse pas formellement dans les traités, l’ironie présente dans les révélations inviterait plutôt le bénéficiaire à se moquer et à rire des puissances archontiques qui ont été manipulées.

La Gnose, à l’instar du judaïsme et du christianisme, essaye de rationnaliser le rapport de l’homme au monde grâce à un outil herméneutique analogue. Seules changent la théologie, la cosmologie et l’anthropologie pour lesquelles il est mis à leur service : l’homme dans le monde ne doit pas se laisser impressionner par des événements au risque de leur attribuer un sens qu’ils n’ont pas. Seule compte la trajectoire initiale (dans ce cas la consommation du monde au bénéfice de l’étincelle divine qui réside dans l’homme). Le déluge de Noé, le déluge de feu, la venue du dernier Illuminateur, chaque événement semble inaugurer un régime nouveau dans lequel le gnostique semble être de plus en plus menacé. Or, l’omniscience et l’ironie qui se dégagent de ces textes ont pour volonté de prouver que les événements racontés ne sont pas de véritables turning points mais des variations mineures rectifiées instantanément par le principe de la syzygie et qu’ils n’ont donc pas d’influence réelle sur la trajectoire originelle. Le gnostique ne doit pas tant se laisser déstabiliser par ces turning points – d’autant plus que ce sont eux qui narrativement prennent le plus d’importance – que découvrir l’existence d’une trajectoire dont la force réside dans une certaine inertie ; les événements catastrophiques ne sont que des oscillations qui n’empêchent pas la victoire finale du Salut sur les forces archontiques. Les testaments et révélations gnostiques ont pour mission de distinguer auprès de l’auditeur la cause immédiate (le déchaînement de la nature et le déterminisme astrologique) de la vraie finalité (la victoire de la lumière supérieure qui a su manipuler à son profit les puissances archontiques en les amenant à l’épuisement total).

Selon les catégories de l’apparence, les événements sont des turning points capables d’ébranler l’histoire au point de faire gagner le monde archontique. Selon le point de vue du locuteur omniscient, les événements sont des turning points qui n’ont aucun effet sur la trajectoire initiale. Au contraire, de manière ironique, les forces archontique travaillent inconsciemment à leur propre perte.

  1. Roberge, 2000, p. 30 citant J. J. Collins, Towards the Morphology of a Genre, Semeia, 14, p. 9. []
  2. Le terme allemand est très difficile à traduire. Michael Waldstein le traduit en anglais par « acosmism » (Hans Jonas’ Construct « Gnosticism » : Analyse and Critique, JECS, vol 8/3 Fall, 2000, p. 341). Benjamin Lazier l’explique par une « deworldification, an evacuation or making-absent from the world. To come loose from the world or an annihilation of that which binds to the world » (Overcoming Gnosticism: Hans Jonas, Hans Blumenberg, and the Legitimacy of the Natural World, Journal of the History of Ideas, 2004, p. 623). []
  3. Hans Jonas, La religion gnostique, Paris, Flammarion, 1978, pp. 328-329. []
  4. Jonas, 1978, pp. 329-330. []
  5. Waldstein, 2000, pp. 342-344. []
  6. Jonas, 1978, pp. 378-380. Ce chapitre (Les découvertes récentes dans le domaine du gnosticisme) est un ajout à la deuxième édition de 1962. []
  7. Jonas, 1978, p. 331. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *