Archives par mot-clé : Glose Ordinaire

Commentaires sur Ruth, quelques perspectives

Après le dépôt de mon manuscrit aux éditions du Cerf, je me suis consacré à étudier le livre de Ruth et ses différentes traditions chrétiennes et juives. Ce nouvel axe de recherche, qui fait suite à ma thèse sur les commentaires anciens du déluge a pour objet d’analyser plus précisément le dialogue qui s’instaure entre un texte de référence et son commentaire.

Ce dialogue entre un texte de référence et ses commentaires se complique quand il s’agit d’un texte biblique. Les exégèses juives et chrétiennes se caractérisent par le fait qu’elles reposent sur un présupposé : il y a deux énonciateurs, le principal, Dieu, et l’énonciateur secondaire, l’homme qui a écrit le message. Ce second énonciateur est aussi le premier récepteur du message divin qui le met par écrit pour le second récepteur, le croyant à qui le message est adressé.

L’étude du récit du déluge m’a permis de montrer que ce rapport entre les deux énonciateurs et les deux récepteurs se complexifie davantage encore à cause du caractère cosmologique et universel que l’événement du déluge prend dans différentes communautés religieuses et culturelles de l’Antiquité dans la mesure où cette tradition existe en dehors de la tradition biblique. Les différents groupes religieux et philosophique se doivent de commenter un événement qui se laisse « lire » à la fois dans le Livre considéré comme le miroir du monde et dans le cosmos considéré aussi comme un livre : existe-t-il un langage commun ou une herméneutique commune pour rendre compte de cet événement ?

Désirant poursuivre dans ce même axe de recherche, j’ai donc porté mon choix sur le livre de Ruth. L’appréhension du rapport entre le judaïsme et le christianisme à travers le thème de l’élection est une approche qui m’a toujours tenu à cœur puisque ma recherche en DEA avait eu pour objet le commentaire de la parabole des vignerons homicides chez les Pères de l’Eglise. Y a-t-il une raison plus objective et plus « scientifique » à ce choix ? Très simplement, il me semblait stimulant de me tourner vers un petit livre biblique peu travaillé – autant donc laisser de côté le livre dela Genèse… – et court qui permette de dégager une vue d’ensemble. Un des livres des « meguilot » me semblait approprié puisque ces livres, lus lors des grandes fêtes juives, ont une dimension liturgique importante. Dans le christianisme, le livre de Ruth a un impact liturgique moins grand que dans le judaïsme mais l’histoire de Ruth a beaucoup marqué la littérature et la peinture chrétiennes. J’ai donc jeté mon dévolu sur le livre de Ruth.

Au point de vue méthodologique, il m’a paru plus judicieux de proposer une première conférence qui explore les commentaires contemporains du livre de Ruth. L’exégèse moderne chrétienne – mais aussi aconfessionnelle – étant marquée par un intérêt pour la narratologie et l’analyse historico-critique, j’ai décidé de lire un article de Jean-Pierre Sonnet qui propose une approche narrative pour le livre de Ruth1. André Lacoque, pour sa part, a écrit un commentaire historico-critique du livre de Ruth et analysé le personnage de Ruth au sein d’une littérature biblique qu’il qualifie de contestataire ou de subversive2. La position de ces lectures modernes du livre de Ruth sera exposée dans un prochain billet.

Je me suis ensuite intéressé, dans une deuxième conférence, à l’utilisation du livre de Ruth dans la littérature rabbinique3. Différents textes citent le livre de Ruth pour établir les modalités de conversion au judaïsme à partir du dialogue entre Noémi et ses deux brus : TargRuth 1, 11ss ; MRuth 2, 21-24 et Yevamoth 47a-47b.

Il aurait été logique de poursuivre l’étude du livre de Ruth dans la littérature patristique mais il faut bien convenir que ce petit livre est peu cité par les Pères de l’Eglise et que les citations qu’ils en font sont souvent utilisées en relation avec la question du veuvage. C’est la raison pour laquelle j’ai préféré laisser de côté pour l’instant le livre de Ruth dans la littérature patristique pour m’intéresser au premier grand commentaire chrétien qui lui a été consacré : le commentaire de Ruth par Raban Maur.

Ce commentaire, édité en 2009 aux Sources Chrétiennes, a fait l’objet d’une troisième conférence4. Raban Maur est un auteur ecclésiastique passionnant, peu connu, qui a été beaucoup critiqué parce que considéré comme n’ayant pas une pensée personnelle originale. Il est pourtant un des auteurs les plus lus au Moyen Age avec Augustin d’Hippone et Grégoire le Grand puisque beaucoup de ses commentaires bibliques font partie de ce qu’on appelle la Glose Ordinaire.

Cela explique pourquoi je me suis alors intéressé à la Glose Ordinaire du Livre de Ruth. L’existence d’un site internet dédié à la glose et la publication en ligne de la Glose Ordinaire du livre de Ruth m’ont permis d’accéder rapidement au texte5.

Au mois de mars, j’ai traduit la Glose Ordinaire du livre de Ruth qui s’inspire beaucoup du commentaire de Raban Maur. Il faut convenir que la proximité entre les deux commentaires – d’aucuns parleraient de la « servilité » du rédacteur anonyme de la Glose envers le  commentaire de Raban Maur – peut susciter la perplexité quant à mon choix : pourquoi étudier le commentaire d’un commentaire qui est presque le décalque du premier ? A ce sujet, le commentaire du livre de Ruth par Pierre de Celle édité par Gérard de Martel ainsi que le commentaire anonyme du manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève édité aussi par Gérard de Martel auraient probablement constitué un choix plus original6. L’intérêt dela Glose est cependant réel car elle a formé des générations de lecteurs à une certaine interprétation du texte. En outre, la grande proximité dela Glose vis-à-vis du commentaire de Raban Maur permet de répondre à des questions que je crois très stimulantes dans la mesure où elles visent à explorer plus avant la démarche d’un lecteur dont la lecture active du texte effectue des choix qui éliminent d’emblée certaines interprétations. Bref,la Glose Ordinaire de Ruth a pour intérêt de nous aider à mieux établir la manière dont le commentaire d’un commentaire est produit.

Ce rapport entre le commentaire de Raban Maur et la Glose du livre de Ruth doit faire l’objet d’une intervention au cours d’un séminaire d’histoire médiévale à Aix en Provence le 14 mai.

Le travail est loin d’être achevé mais une série de questions mérite réflexion :

– Le passage du commentaire de Raban Maur à la Glose Ordinaire peut-il témoigner du passage d’une exégèse monastique à une exégèse universitaire ?

Cette première question présuppose le rôle actif du lecteur dans sa capacité à intégrer et à transformer un commentaire.

– Raban Maur fait état d’une interprétation juive du livre de Ruth. Cette interprétation peut-elle être retrouvée dans Ruth Rabba par exemple ?

– Est-il possible de distinguer les différentes gloses, paraphrastique, métaphorique et questionnante ?

– Toute exégèse repose sur un enclencheur comme le rappelle Gilbert Dahan7. N’y a-t-il pas aussi un « déclencheur événementiel » qui permet de faire un saut herméneutique ? Si tel est le cas, quel est ce déclencheur dans le livre de Ruth ?

Il est clair que l’étude du livre de Ruth et de ses interprétations médiévales peut ouvrir à l’édition en ligne de la traduction dela Glose Ordinaire.Cette étude permet aussi de mieux comprendre l’exégèse médiévale chrétienne. La présence d’une interprétation juive de l’histoire de Ruth dans le commentaire de Raban Maur permet de préciser les rapports entre les deux exégèses et cela dès le neuvième siècle de notre ère. Par ailleurs, une telle étude présente aussi l’intérêt d’exhumer de l’oubli un auteur, Raban Maur, laissé trop longtemps de côté parce que catalogué dans la catégorie de ceux qui n’ont fait que transmettre les interprétations de ses prédécesseurs.

Pour qui s’intéresse aux commentaires de commentaires, l’œuvre de Raban Maur reste un bon exemple car elle met en acte un troisième récepteur qui est aussi un troisième énonciateur : le lecteur du texte biblique et de commentaires qui écrit par la suite un autre commentaire.

Les commentaires du livre de Ruth dépassent la perspective circonscrite ici à l’exégèse chrétienne médiévale.

Guy-R Vincent, comparatiste, sanscritiste et helléniste vient de publier une étude de récits mythiques grecs et sanscrits dont l’intérêt me paraît résumé dans le titre principal : « Des substitutions comme principes de la pensée »8. Il est clair que l’allégorie, technique grecque reprise par les Juifs et les chrétiens, repose sur un principe de substitution. Comme le dit Donat dans sa définition célèbre de l’allégorie, une chose est dite, une autre est signifiée9. L’allégorie est le passage d’une signification à une autre signification. Le sens propre est évacué au profit du sens figuré. La méthodologie proposée par Guy Vincent, dont je poursuis actuellement la lecture, devrait me permettre d’aborder sous un nouvel angle la problématique théologique sous-jacente au livre de Ruth et à sa pérennité dans les traditions juives et chrétiennes.

Cette étude comparative entre sources anciennes et méthodologie moderne ne peut qu’aboutir à une interrogation théologique et ecclésiologique autour des rapports entre Israël et les Nations, entre judaïsme et christianisme. Il est trop tôt pour proposer certaines conclusions. Il faut toutefois remarquer que le modèle maternel (le rapport entre Noémi et ses brus) induit un modèle intégratif tandis que le modèle sponsal (Ruth et Booz) induit un modèle substitutif. Différentes allégories et substitutions jouent et glissent tout au long du commentaire de Raban Maur, animées par des enclencheurs différents jusqu’à un déclencheur que je qualifierai d’« événementiel » qui fixe, semble-t-il, une bonne fois pour toutes l’interprétation chrétienne du récit de Ruth avant les nouvelles interprétations chrétiennes contemporaines.

  1. Jean-Pierre Sonnet, Le Dieu caché du livre de Ruth. Un chemin de lecture, un chemin pour la foi, Nouvelle Revue Théologique, avril-Juin 2011, Tome 133/ n°2, pp. 177-190. []
  2. André Lacocque, Le livre de Ruth, Genève, Labor et Fides, 2004, commentaire de l’Ancien Testament XVII. André Lacoque, Subversives, un Pentateuque de femmes, Paris, Cerf, 1992, Lectio Divina 148. Ces interprétations modernes ont fait l’objet d’une conférence donnée le 9 novembre 2011 à Aix-en-Provence. []
  3. La conférence a été donnée le 11 janvier 2012 à Aix-en-Provence. []
  4. Raban Maur et Claude de Turin, Deux commentaires sur le livre de Ruth, introduction, traduction, notes et index par Pierre Monat, Paris, Cerf, 2009, SC 533. La conférence a été donnée le 8 février 2012 à Aix-en-Provence. []
  5. http://glossae.net/ pour le portail d’accueil ;  http://glossae.free.fr/?q=fr/content/glosa-ordinaria-ruth en mode texte et http://archive.thulb.uni-jena.de/ufb/receive/ufb_cbu_00000254?jumpback=true&maximized=true&page=/Inc_83_1_00508.tif en mode image. []
  6. Petri Cellensis, Commentaria in Ruth et Tractatus de Tabernaculo, édité par Gérard de Martel, Brepols, 1983, CCCM 54. Commentaria in Ruth, e codicibus Genovefensi 45 et Clagenfurtensi 13, édité par Gérard de Martel, Brepols, 1990, CCCM 81. []
  7. Gilbert Dahan, Lire la Bible au Moyen Age. Essai d’herméneutique médiévale, Genève, Droz, 2009, titre courant, p. 236. []
  8. Guy-R. Vincent, Des substitutions comme principe de la pensée, Etude de récits mythiques grecs et sanscrits, Paris, L’Harmattan, 2011, ouverture philosophique. []
  9. Donat, Ars Grammatica, III []